lundi 8 décembre 2008

Nous avons un nouveau gîte depuis presque deux semaines. Pour déménager, j'ai emprunté une voiture et pendant que les enfants mangeaient avec Emmanuelle j'ai transbahuté toutes nos affaires. Ensuite, le plus tôt possible pour avoir le temps de nous familiariser avec notre nouvelle maison, je suis revenue chercher les enfants. Nous sommes repartis tous les trois sur notre fidèle vélo et j'ai fait la visite à Jules et Orphée.

C'est en fait une ancienne boutique qui donne directement sur la rue. C'est assez rustique mais plaisant malgré l'humidité et le froid qui passent à travers les murs. Ça me rappelle ma maison d'enfance qui était toujours en travaux : le sol de la pièce principale est en béton tout fêlé, la cuisine est carrelée de tommettes, les murs sont recouverts de dessins d'enfants et d'étagères avec des livres empilés, il y a un piano droit, une vieille voiture de course à pédale pour enfants. C'est simple, on s'y sent bien. Le rideau de la boutique est en bois et pour l'ouvrir il faut faire tourner la vieille manivelle avec tout son corps. Il y a une pièce principale avec dans l'arrière-boutique une cuisine, une salle de bains, et une toute petite chambre qui contient juste des lits superposés pour les enfants. Il n'y a pas vraiment de séparation entre ces pièces et je crois que c'est rassurant pour Jules et Orphée. Quand ils s'endorment, je suis dans la pièce juste à côté, ils m'entendent ranger et la lumière qui pénètre dans leur chambre les apaise tout doucement… Dans la cave au sous-sol se trouve la chambre où je dors. Pour y descendre il faut prendre un escalier en bois très à pic, l'accès est protégé pour les enfants. Il n'y a pas de fenêtre, juste un puits de jour sur la rue et un trou grillagé qui donne sur la pièce principale. Je pensais me sentir oppressée mais en fait pas du tout, la pièce est assez volumineuse, toute blanche et simple. Sur la longueur d'un mur se trouve des placards avec des portes coulissantes bancales. Et tout au fond des placards, avec Jules nous avons découvert une porte secrète !...

Les aléas de tout ces changements, c'est que l'on ne connait pas bien les maisons et les habitudes des propriétaires et de petits accidents peuvent parfois se produire...

Peu après avoir couché les enfants samedi soir, j'étais dans la pièce à côté quand tout d'un coup j'ai entendu un grand bruit : j'ai tout de suite compris que c'était Jules qui était tombé. Ce sont des lits superposés qu'ils ont bricolés et en haut, il n'y a pas de barrière de sécurité... J'ai eu tellement peur, cela fait quand même près de 1m60 de haut ! Heureusement il y avait quelques coussins par terre... Je me suis précipitée, j'ai pris Jules dans mes bras et je l'ai installé sur le canapé, mais il s'est rendormi tout de suite. J'étais tellement inquiète que j'ai entrepris de lui poser toutes sortes de questions pour voir s'il n'avait pas perdu conscience et s'il avait toute sa lucidité : « Tu t'appelles comment ? », « Tu as quel âge ? », « Qui est ton frère ?»... Tout en dormant, il a répondu très normalement à mon interrogatoire absurde, ce qui m'a un peu rassurée. Le lendemain au réveil il se demandait ce qu'il faisait sur le canapé, il avait tout oublié ! Quand Jules dort, rien ne peut le tirer du sommeil. Au petit déjeuner, je lui ai quand même reposé des questions pour m'assurer que tout allait bien, et ce qui est sûr c'est qu'il n'a oublié aucun nom de dinosaures ou autres animaux préhistoriques, même pas le Dunkleosteus qui, si vous l'ignoriez, "est un énorme poisson presque aussi méchant que le Mégalodon !"

On a finalement trouvé une planche toute fine et flexible qui fait exactement la longueur du lit, cela doit être ce qui normalement fait office de barrière de sécurité. On l'a installée et pour en vérifier la solidité, Jules est monté dans le lit et l'a poussée d'un coup de tout son corps comme s'il voulait passer au travers. Ça va, ça a l'air solide, la planche le renvoyait en arrière comme un trampoline, à son grand amusement. La nuit suivante, il n'a pas eu la moindre appréhension au moment de grimper dans son lit.

Par contre j'ai l'impression que Orphée ne se sent pas à l'aise ici, il ne dort pas bien et hier il ne voulait pas rentrer dans la maison. Souvent la nuit il se réveille et je dois monter le chercher pour le prendre avec moi dans le grand lit au sous-sol. Je pensais pourtant qu'il avait complètement assimilé notre mode de vie. Il avait seulement un an et demi lorsqu'on a quitté notre appartement, il était trop petit pour se souvenir de cette période. J'imagine que ça doit lui sembler normal de changer régulièrement de maison. Ce n'est pas comme Jules qui souvent se souvient de sa chambre et regrette les jouets qui depuis si longtemps sont dans des cartons… Je vais néanmoins pouvoir récupérer bientôt son vélo qu'on avait laissé en haut de Belleville, car ici nous avons la possibilité de le rentrer et de le ranger facilement. J'ai amené le mien à réparer samedi dernier car cela fait plus d'un an que je l'ai et il fallait faire une petite révision, on roule quand même à trois dessus ! Je l'ai récupéré hier en meilleur état, c'est plus sûr et plus agréable. Comme on n'habite pas très loin de l'école on pouvait s'en passer ces jours-ci, mais vu qu'en janvier je ne sais pas encore où nous serons, il vaut mieux prendre toutes nos précautions !

C'est bientôt les fêtes et à la demande de Jules j'ai acheté quelques décorations de Noël mais j'avoue que je n'ai pas la tête à ça. Après tout ce bruit sur mon blog les choses passent et je n'ai toujours aucune piste pour un logement fixe, aucun signe de la mairie à part une lettre de M. Vaillant m'expliquant un ultime signalement au préfet de Paris. Nous descendons sur Bordeaux pour les fêtes, je ne nous voyais pas rester à Paris, les enfants ont besoin de changer d'air et d'être chouchoutés par leur grands-parents. Mais je reste optimiste et confiante, 2009 sera une bonne année pour nous.

116 commentaires:

Plume de savon a dit…

Merci pour ces nouvelles.Vous voila poses pour quelque temps. Comment se fait-il que ca n'avance pas plus vite?? Je ne suis pas en France mais si je pouvais faire quelque chose... Bon courage!

Gaufrette Girl a dit…

de bonnes nouvelles dans l'ensemble ce soir. profitez de ce court moment de répits les vacances ne sont pas loin elles vous feront du bien et j'en suis certaine 2009 s'ouvrira sous un nouveau jour

Charm'Campagnes♥ a dit…

J'espère pour vous que l'année 2009 sera bonne mais que la fin de 2008 sera meilleure!!! en tout cas bon répit et joyeuses fêtes tout de même!

Cathy a dit…

Je te souhaite pleins de bonnes choses pour 2009,en attendant profites de tes vacances et gardes toujours ton optimiste et ton courage.
Je t'embrasse Julie.

lenaetcie a dit…

Elle a l'air sympa cette nouvelle maison, même s'il y fait froid...j'espère que tu auras la tienne en janvier, sûrement quand même,après les fêtes. A bientôt, Julie.

2L a dit…

chouette d'avoir de tes nouvelles...pour Orphée il se peut qu'il rentre aussi 'naturellement' dans la période des peurs et des cauchemars des 2-3 ans...ma n°2 en faisait presque 1 nuit sur 2 et ça a duré plusieurs mois alors que sa chambre était bien là !

Hirondelle a dit…

Dis-moi, quoique plaisante, elle a l'air bien froide, sombre et humide, cette maison, et tu dors à la cave en plus ? C'est le meublé dont tu parlais ?
Profitez bien du répit des vacances pour vous faire chouchouter, 2009 est une autre année... et j'espère bien que tu trouveras un logement digne, et à ton goût en plus... Mais tu sais, la banlieue, c'est pas si mal, en train on arrive parfois plus vite à son travail qu'en traversant tout Paris, parole d'ex- parisienne ! Bises à tes petits loups !

ciboulette100 a dit…

il faut continuer à espérer, tout en restant le plus lucide possible, ma chère Julie, espoir et lucidité. Je pense très fort à vous trois.

zazie mute a dit…

Oui, il ne faut pas perdre espoir Julie.
J'espère que ce petit séjour en famille vous fera à tous le plus grand bien.
Courage!

http://perledange.canalblog.com a dit…

Bonjour Julie,
Plein de courage pour cette fin d'année... et s'il faut relancer la machine pour que les politiques ne t'oublient pas (c'est tellement facile pour eux), tu sais que tu peux compter sur nous.
A très bientôt,
ZZZ

caro a dit…

Contente d'avoir de vos nouvelles et de te voir toujours aussi vaillante, je serais heureuse de venir en janvier sur ton blog pour te souhaiter des voeux pleins d'espoir!!!

Anonyme a dit…

..."Et tout au fond des placards, avec Jules nous avons decouvert une porte secrete!"...
Puisse-t-elle s'ouvrir pour vous trois,sur un monde plus beau,plus juste.Et sur l'appartement de vos r^eves.
je suis heureux de vous savoir en famille pour Noel.
...et toujours disponible si je peux ^etre utile avec ma maison ou voiture.
Je vous embrasse tous les trois.
Papi marcheur

silo a dit…

ça fait du bien de te savoir "logée" mais dans quel logment....bon enfin au moins avoir un toit, et savoir où dormir.
ça fait du bien de savoir que tu seras en famille pour noël parce que c'est important pour les enfants comme pour toi.
ce qui me fait peur c'est que l'agitation retombe et que ça n'avance pas pour un vrai logement stable et sûr....
un temps de retard, mais jusqu'à quand?????

mes pensées t'accompagnent parce que noël en t'oubliant et en oubliant les femmes dans ta situation serait juste impossible.

céline de noisy a dit…

Je te souhaite de passer de bonnes fêtes.

Amicalement.

PS : Peux tu me confirmer que tu ne cherche pas en dehors de Paris faute de mieux....

marieandco a dit…

ca doit étre épuisant tout ce yoyo "médiatique", mais ca serait vraiment trop con qu'en plus ca ne fasse pas bouger les choses ! s'il le faut, je suis sure que nous pourrons refaire du bruits régulièrement, jusqu'à ce que Jules ait récupéré tout ses cartons, et qu'Orphée puisse passer les nuits auxquelles les enfants de sont age ont droit ! je t'embrasse, julie ! je suis bien contente que vous puissiez changer d'air et vous reposer sous d'autres cieux plus cléments pour noel !...

C. comme ça a dit…

Je te souhaite un toit pour 2009 et plein d'énergie pour y ranger tes valises.
Plein de biz virtuelles à vous 3

Tic@ !! a dit…

Julie, passe de belles fêtes quand même et espérons que 2009 t'amènera un logement bien à toi... Bises

marion a dit…

nous sommes là Julie et nous pouvons refaire du bruit. Peut être différemment. Il faut réfléchir. Mais tu peux compter sur nous.

La Grenouille a dit…

Ravie de te lire à nouveau, désolée-pas étonnée que les choses n'aient pas encore bougé... Allez Père Leno, un p'tit geste, quoi !
Mille courages à Toi, et que ces petites vacances de Noël puissent te permettre de reprendre ton souffle pour une nouvelle année tout en beauté !

clairesoleil a dit…

courage ma belle .... mes pensées t'accompagnent

Mahie a dit…

Je te souhaite de tout coeur que 2009 soit enfin la fin de cette galère pour te loger !!!! Plein de bisous à tous les 3 !

Dominique a dit…

Bonjour Julie, ravie de voir que pour qq temps vous avez un toit tous les trois. si tu as besoin de qq chose pour vous chauffer tu peux me faire signe je ne suis pas loin. et je pars en province pour les fetes si je peux te faire faire un bout de chemin, je trouverai de la place dans ma voiture je pars sur Nantes si cela peux te rendre service) tu epux me contacter sur mon blog !

malelosu a dit…

Contente que tu aies un toit pour quelque temps même si ce n'est pas le rêve, et puis pendant les fêtes tu vas te faire coocooner un peu, ne perds pas courage et si il faut renvoyer des mails pour que ça bouge, n'hésites pas; espérons que l'année 2009 verra enfin le bout de ta galère. Biz

Anonyme a dit…

hello Julie

je te lis à nouveau et cela me crève le coeur de voir que la situation s'est guère améliorée surtout avec ce froid glacial, dormir dans une cave me laisse un gout amer pour te dire que tout va mieux pour toi...meme apres articles dans le monde, nouvel observateur etc et puis rien de plus...l'attente .Que peut on faire pour faire avancer cela ?un autre article pour dire qu'il n'y a toujours rien, il faut continuer à se montrer, dire au secours ,aidez nous à lui trouver un logement !!!
Sandrine C

DANIEL VAILLANT COMMENTAIRE a dit…

Bonjour
Je viens de copier-coller le commentaire de Daniel Vaillant, j'ai mis tellement de temps à le trouver que je me suis dit que cela allait aider d'autres bloggueurs. Le voici :
Mademoiselle,
permettez moi de réagir sur votre blog à propos de votre situation. Je connais et comprends les difficultés que vous rencontrez, nous avons d'ailleurs eu l'occasion d'en discuter ensemble lorsque nous nous sommes rencontrés le jour de la rentrée scolaire dans l'école de votre fils rue Doudeauville.
Mais vous savez également que plus de 12000 demandeurs de logement sont inscrits dans le seul 18ème, dont de trop nombreuses situations tout aussi dramatiques et urgentes que la vôtre.
Dans tout Paris, ce sont plus de 100 000 demandeurs qui sont en attente.
or, face à ce grand nombre, la mairie du 18ème ne peut proposer à l'attribution, sur son contingent (les logements sociaux sont attribués, dans des conditions et proportions fixées par la loi, par la Ville de Paris, les mairies d'arrondissement, la préfecture de Paris et les bailleurs sociaux)qu'une quarantaine de logements sociaux par an.
En effet, malgré la politique de construction de logements sociaux à Paris depuis 2001 (4000 par an entre 2001 et 2007, 6000 désormais par an, et 3133 logements financés dans le seul 18ème qui atteint déjà l'objectif des 20% de logements sociaux de la loi SRU, Neuilly ne peut pas en dire autant...), les relogements prioritaires, comme la loi l'exige, des occupants de logements insalubres, "captent" la quasi totalité de notre contingent. Et il faut s'en féliciter puisque l'éradication de l'habitat insalubre dans le 18ème est en bonne voie.
Pour attribuer cette quarantaine de logements sociaux par an, j'ai demandé la transparence la plus totale : une commission indépendante, dans laquelle je ne siège pas et ou aucun élu ne prend part au vote, décide des attributions en étudiant anonymement les dossiers. De la même manière, mon adjoint au logement et moi avons fait le choix politique de ne pas donner de rendez vous pour des demandes personnelles de logement afin de ne pas laisser à penser que rencontrer un élu pourrait permettre un passe droit.
Pour autant, vous savez que votre dossier de demande est suivi par la mairie du 18ème et des réponses ont été apportées à vos courriers, courriels, comme en novembre 2007, décembre 2007, juillet 2008 ou plus récemment par un courriel de mon adjoint au logement cette semaine.
Je ne peux que vous confirmer ses propos : votre demande sera présentée à une prochaine réunion de la commission indépendante d'attribution et ce seront les membres de cette commission qui décideront de retenir votre dossier.Je ne peux malheureusement vous dire la date de cette prochaine réunion de la commission, car il reste encore des demandes non satisfaites parmi les dossiers retenus au cours de la réunion de la dernière commission.
Je sais que ces délais sont insupportables. Dans l'attente d'une attribution, les services sociaux proposent des hébergements d'urgence pour les personnes qui, comme vous, se retrouvent à la rue.
Je sais que vous n'avez pas souhaité cette solution, c'est un choix que je respecte, je ne vous en fait pas reproche.
Comme je vous le rappelais en début de mon propos, la mairie du 18ème n'est pas la seule institution qui attribue des logements sociaux. Il y a aussi la Préfecture de Paris (l'Etat) au titre de la loi DALO (Droit au Logement Opposable). Je sais que vous avez déposé un dossier DALO auprès de la préfecture. Je viens d'écrire au Préfet pour signaler votre demande. C'est mon assistant parlementaire, M Kossi Atsu, qui vous a reçu et qui a préparé pour moi ce courrier au Préfet. Je ne souhaite pas polémiquer sur les malentendus au cours de cet entretien mais je veux saluer son travail difficile, dans ma permanence parlementaire du quartier de la Goutte d'Or, ou il reçoit chaque jour des familles dans la difficulté.
Je suis désolé de ne pouvoir vous apporter de réponse plus positive et tiens à m'excuser de la longueur de mes propos mais la difficile question du logement à Paris ne peut s'expliquer en quelques mots. Soyez assurée que tout est mis en oeuvre pour trouver un logement à ces nombreuses demandes urgentes et dramatiques, qu'elles soient médiatisées ou pas.
Respectueusement.
Daniel VAILLANT, Maire du 18ème arrondissement

Mélanie a dit…

Voilà, bonne lecture du commentaire de Daniel Vaillant !
Je voulais dire aussi que je suis très déçue et attristée. Après l'article du Monde, je pensais que cela allait être réglé. Et tout à l'heure, sur le blog de tout silo, je découvre que non, vous êtes encore dans la galère avec vos deux petits bouts. Pfffffff ... combien de temps encore ? Vous êtes très courageuse, très digne, et vos enfants sont formidables, courageux eux aussi. Je souhaite de ton mon coeur que cela cesse. HELP, Paris ! HELP, les politiques ! Venez aider cette famille ! Il n'y a pas un président du sénat pour céder son logement à vie ?

kikizita a dit…

Pffff, c'est long.
La description e l'appartement fait très roman fantastique, on imagine que c'est un nouveau départ, le début de l'histoire. Pourvu que rapidement une opportunité de logement stable se présente. Un logement à vous !
Courage pour l'attente, la patience. Plein de pensées.

France a dit…

Je pense bien à vous et souhaite qu'en 2009 les choses changent vraiment pour vous. En attendant profitez bien de votre séjour dans le sud-ouest pour que Noël soit le plus doux possible pour vous et vos enfants.

Cilya a dit…

Merci pour ces nouvelles (ainsi que pour ce texte si plaisant à lire)et contente que vous soyez à l'abri (mais pour combien de temps ?). Je vous souhaite de passer de bonnes fêtes de fin d'année en famille et vous souhaite le meilleur pour 2009 .... et bien sur un appart' à vous !!
Mes pensées vous accompagnent.

Christine de Turquie a dit…

bonne fin d'année en famille avec tout mon soutien pour que les " choses" bougent en 2009
joyeux noël pour les enfants et on ne vous oublie pas

Sceptique a dit…

Vous tenez le bon bout, même si c'est encore moche et pas vraiment un logement pour une famille, mais, si j'ai bien compris, vous êtes "chez vous".

Continuez à faire notre bonheur en écrivant. Merci!

Anonyme a dit…

je viens de decouvrir ton blog et il m a mis les larmes aux yeux!! c est revoltant a notre epoque qu une maman soit obligé de faire cela!!! j admire ton courage et ta volonté et surtout ne lache pas les bras!!!
j espere pour toi que l avenir sera plus heureux et surtout qu un logement fixe sera trouvé car je plains de tout coeur tes enfants

j espere que le prochain post sera encore plus positif que celui ci!!!

je me permet de vous embrasser de tout mon coeur

Stef SEM a dit…

Je viens régulièrement vous lire et je voudrais juste vous souhaitez de bien meilleurs choses pour votre année 2009.

Anonyme a dit…

Je viens de lire tout votre blog et avoue ne pas bien comprendre comment vous pouvez en être arrivée là... Vous parlez de votre frère, de vos parents à Bordeaux... Je suis très étonnée qu'ils ne puissent rien faire pour vous aider, ne serais-ce que momentanément. Si la vie est ingérable à Paris, il y a d'autres villes et villages en France ou la vie est douce, les loyers moins chers et du travail dans les chevaux puisque c'est votre formation. Bref, on a le sentiment que vous n'avez pas forcément toujours pris les bonnes décisions non plus et que les services sociaux ont a gérer des cas bien plus douloureux que le vôtre, même si c'est intolérable d'être sdf avec 2 enfants.
Maintenant, faire 2 enfants avec un papa lui aussi précaire est une vraie responsabilité que vous avez a assumer.
J'espère que vous trouverez une stabilité rapidement, mais sachez que bien des gens ont été dans des situations difficiles et s'en sont sortis en prenant les bonnes décisions, même si elles paraissent moins fun que de vivre à Paris en rêvant d'être comédienne.
Sylvaine P.

murielle a dit…

Se ressourcer vers votre famille est essentiel pour bien démarrer 2009
Vous reposer, vous poser, et profiter des fêtes avec vos enfants.
En 2009, les personnes qui vous soutiennent seront toujours là. On ne vous oublie pas. Bon courage jusqu'au départ à Bordeaux.

minouchka a dit…

Bonsoir,
Je vous lis pour la première fois et vraiment c'est poignant votre histoire!
C'est malheureusement le quotidien de bcp de femmes en France et ailleurs ds le monde.
Sachez que les gens vous lisent parce forcement, on peut tous etre à votre place.
Pas difficile de transposée vu l'époque dans laquelle nous vivons.
Je vous souhaite pleins de bonnes choses et je repasserais lire votre blog!
Et que M. Vaillant se bouge un peu ainsi que ces petits copains parce que je sais pas si les politique ont vu mais la france craque.
Une grosse bise à vous et vos enfants.
Bon courage

Pierrette a dit…

Sylvaine P, vous êtes une menteuse en plus d'être une mégère moralisatrice et suffisante. Si vous aviez lu tout le blog de Julie comme vous le prétendez, vous ne pourriez pas écrire de pareilles imbécillités.
Joyeuses Fêtes à Julie et à sa petite famille, qui valent mieux que vous.
Pierrette

ms a dit…

Je suis vraiment navrée de voir que passer le 'tapage' médiatique rien ne bouge. J'espère vraiment que 2009 sera ton année. Je n'ai malheureusement pas de solution miracle mais continue à penser à toi et tes petits.

Anonyme a dit…

Pierrette,
J'ai lu le blog en entier, et ai, je pense le droit d'avoir un avis autre que celui qui est en vogue sur ces posts : à savoir s'épancher sur le cas de Julie. Je comprends que cela donne bonne conscience, un peu comme le téléthon...
Ce Monsieur Vaillant fait certainement ce qu'il peut lui aussi et il est bien plus facile de lui jeter la pierre que de renvoyer les gens à leurs propres responsabilités.
Des gens dans la détresse profonde, il y a plein les rues, des gens qui n'ont jamais fait de mauvais choix, eux (pas de cours de théâtre payés par maman...), mais qui ont subit des situations terribles (maladies graves, accidents, situations financières inouïes...) Ceux-là n'ont pas la possibilité d'écrire un blog, ni matériellement (pas d'ordi portable), ni intellectuellement (ils ne peuvent penser qu'à survivre).
Alors voilà, je trouve que c'est plus facile pour les "bons pensants" de s'épancher sur le cas d'une Julie qui a fait une succession de mauvais choix, que de voir la vraie misère en face.
Et au fait, qui êtes-vous pour me traiter de menteuse ?
A bonne entendeur.
Sylvaine P.

Anonyme a dit…

Moi, je me pose une question :
Comment Julie écrit-elle si bien en ayant fait un BEP agricole ? Elle aurait dû faire un Bac L non ?
A moins que ce ne soit pas elle qui écrive ...
JULIEN

Anonyme a dit…

Je travaille dans les chevaux, et en région parisienne, il y a beaucoup de clubs, d'écuries de courses, d'élevages et autres. C'est un secteur ou il n'y a pas de chômage car il est en plein développement. Souvent, les employés sont logés sur place et plutôt bien.
Pourquoi ne pas mettre tes enfants à l'abri au moins quelques années, le temps d'organiser autre chose ? La vie dans un club pour les gosses, c'est assez génial, sûrement mieux que d'être trimballés d'un appart à l'autre au milieu des pots d'échappements.
C'est une piste à explorer non ?
Bon courage.
Simon

6mone a dit…

Julie, les choses semblent avancer et tu fais preuve, une fois de plus d'un immense courage! Mr Vaillant se retranche derrière l'affluence des demandes de logements sociaux mais je crois que les politiques ne se posent pas les bonnes questions; il serait temps de mettre un terme à cette folie des loyers galopants. Je vis et à Bruxelles et quand j'entends le parler des prix des loyers parisiens, je trouve ça scandaleux. Inadmissible de payer près de 1000 euros pour 60m2!
Tu parles de quitter Paris; quel que soit le choix que tu feras, je suis sûre que ce sera le bon. Je ne peux que te souhaiter une belle année 2009, animée par ta grande force de caractère.

Thérésa a dit…

Les gens semblent très admiratifs de ton courage... Mais le vrai courage, c'est de savoir donner une vie décente à tes enfants et pas de faire pleurer les gens sur ton sort. La générosité et la charité sont des sentiments faciles à exploiter, bien plus faciles que de se lever le matin pour faire les boxes, soigner des chevaux par tous les temps.
J'ai 34 ans, et ai choisi de faire vivre mes enfants dans un environnement sain, même si j'aurai rêvé aussi de fair eautre chose que de travailler dur dans une écurie. Au moins, je ne dois rien à personne. Au moins, mes enfants auront eu une vie décente...Je gagne ma vie et la leur, ils ont un toit et grandissent joyeusement à la campagne. Pas si con comme vie non ?

Christelle a dit…

Tu es la julie lacoste de la section équestre de fontevieille ?

Laetitia a dit…

Bonjour Julie!
En telisant, je suis déçue de me rendre compte (comme les autres) que le "tapage" médiatique dont tua s légèrement bénéficié n'a pas porté ses fruits comme je m'y attendais. Je suis également déçue de constater que des gens "amers" se permettent de moraliser sur ton blog. Si ils ne sont pas d'accord avec ton action, qu'ils passent leur chemin au lieu de distiller leur venin!! A chaque vie ses épreuves...c'est sûr mais quand même....comment rester indifférent...qu'aurais tu dû faire?? Te taire et souffrir en silence? Je te réitère mon soutien sans failles même si je suis en province et si je ne peux rien concrètement pour toi. Je pense que faire un blog sur ta situation est une très bonne idée et peut servir une cause même si je sais que tu ne veux pas être instrumentalisée.
Je n'arrive pas à digérer le commentaire de Sylvaine P. alors je m'adresse à vous Sylvaine: vos propos laissent penser que la vie n'est qu'une question de choix....et bien je peux vous dire que si c'était le cas...ce serait trop simple!! Tout n'est pas blanc ou noir !!
Julie, je t'embrasse ainsi que tes enfants.

Anonyme a dit…

C'est curieux comme les gens tolérants sont intolérants dès que l'on émet une opinion différente de la leur (cf laetitia et pierrette) : Je crois que c'est aussi te rendre service, Julie, que de ne pas te laisser croire que ton chemin est le bon. Moi, ça me paraît effrayant d'imaginer que tu déménages tes enfants sur ton vélo, même si l'image semble plutôt sympathique, et forcément ta part de responsabilité dans l'instabilité que tu leur fait vivre est très importante.
Ton niveau intellectuel semble suffisamment élevé pour que tu trouves d'autres solutions que celle dans laquelle tu es, dans laquelle tu as mis tes 2 petits.
D'autres posts te proposent des pistes dans les chevaux. Je n'ai aucun conseil a te donner, mais après tout, le choix de faire un blog est aussi le risque de ne pas avoir les commentaires que de personnes qui adhèrent 100% à l'idée commune.
Et pour laetitia, oui, je crois que dans la vie on est à même de faire des choix, sauf si l'on a eu de graves accidents de parcours et que l'on est cabossé de la vie et en réelle situation dramatique, ce qui n'est pas le cas de Julie.
Au fait, je travaille dans les services sociaux et je croise tous les jours des situations ingérables, des gens sales, incultes et avinés pour qui aucun de vous tous qui venez vous donner bonne conscience sur ce blog ne ferait le travail humain quotidien que nous avons à gérer chaque jour.
Sylvaine P.

sebastien a dit…

elle a pa tord la sylvaine P. et puis elle dit des vérité ke lé gens ils aime pa entendre, cé tout.jé 27 ans jé pa fait d etudes, et ben je bosse en usine et ma copine elle voudré des gosses, mé on attend quelle est un boulo sur. voila.

Anonyme a dit…

Je suis maman solo de deux enfants, donc trés bien placée pour savoir comme la vie est dure.Mais je dois avouer que je ne comprends pas tous tes choix....Je fais un travail qui ne me plait pas, mais il me permet de payer un loyer modeste (en province) et d'assurer un toit à mes enfants. Avant mon dicorce je vivais dans une trés belle égion, bien sûr j'avais envie d'y rester, mais je suis allée là où il y avait du travail. Mes enfants ont eu des places en creche et à l'école sans soucis et sont heureuses de notre vie modeste et stable. Et moi, j'ai mis mes rêves de coté un instant, le temps d'éduquer mes enfants. Aujourd'hui, nous avons la chance de choisir le moment de la maternité, alors, une fois cette voie prise, nous devons assumer comme des adultes responsables.Je fais preuve d'empathie pour ta situation, mais je pense que tu n'as pas pris la bonne voie et t'entêter dans celle ci ne peut être que mauvais pour tes enfants.

nadine a dit…

je venais aux nouvelles espérant qu'enfin vous seriez dans un petit logement ! et bien non ! toujours du provisoire ! Le vaillant il s'en fout, il rentre au chaud tous les soirs dans SA maison et il oublie... si toutes les pensées positives tournées vers toi et tes petits pouvaient t'octroyer un logement, ca serait formidable.
je vous souhaite de bonnes fêtes de fin d'année et de bonnes nouvelles pour l'année 2009

Anonyme a dit…

Bonsoir,
Je lis ce blog depuis plusieurs semaines avec intérêt et c'est la première fois que j'interviens, mais vu la teneur que prennent les derniers commentaires, il me semble important de rappeler qu'en France le logement est un DROIT, tout comme l'éducation ou la santé. Il y a même depuis peu une loi (la loi DALO), qui est chargée de faire respecter ce droit. Julie a donc parfaitement raison de demander l'application de ce droit et je ne vois pas ce que ses choix de vie ont à voir là-dedans. Par ailleurs, il me semble que sa manière d'informer l'opinion publique de sa situation (qui est aussi celle de milliers d'autres familles) n'est en rien larmoyante mais au contraire simple, efficace et digne.
Bien à vous tous,
Victor D.

Max a dit…

Hello Juju,

C'est marrant on dirait que tous les commentateurs aigris du site du Monde sont en train de migrer ici... C'est toujours les mêmes arguments nauséabonds :
1) La société est bien faite. Si les pauvres sont pauvres, c'est de leur faute (ils appellent ça "responsabilité"), parce qu'ils ont fait des "mauvais choix" ou des "choix immatures"
2) Il y a toujours plus pauvre qu'un pauvre (variante : il y a les "bons" pauvres et les "mauvais" pauvres, ou les "vrais" pauvres et les "pauvres privilégiés", et on prend les uns pour taper sur les autres !)
3) Les pauvres devraient la fermer (ou bien écrire comme des illettrés).
4) Les pauvres devraient rester dans leur pays toute leur vie (variante : les pauvres devraient retourner dans leur pays).
5) Les pauvres devraient faire des boulots de pauvres (variante : les pauvres devraient travailler à la dure et au grand air, ça leur ferait les pieds).
6) Moi aussi j'en ai bavé alors arrête de te plaindre.

Bon, c'est un peu inquiétant pour la France, Juju, je suis d'accord, mais t'affole pas, j'ai plutôt l'impression qu'ils ne sont pas si nombreux et que c'est le même qui fait toutes les voix ;-) Tiens bon, nous sommes tous avec toi !!!

Max

Nextw@y a dit…

Bravo et courage !

C'est peu mais j'ai relayé sur mon blog !

Amitiés et un kiss à tes gosses

Anonyme a dit…

Bonjour Julie,
Je te souhaite de très bonnes fêtes de fin d'année en famille.
Surtout n'écoute pas les rabat-joies qui écrivent sur ton blog mais n'écoute que les messages d'encouragement.
Quand certains pensent ceci comme Sylvaine P. c'est honteux, c'est le "bien-pensant" et "bien-jugeant", reflet de la société, mais ca n'est pas la vérité. Ces gens se trompent! Quand sylvaine dit "Alors voilà, je trouve que c'est plus facile pour les "bons pensants" de s'épancher sur le cas d'une Julie qui a fait une succession de mauvais choix, que de voir la vraie misère en face." c'est GRAVE, cette personne ne sait pas de quoi elle parle et ferait mieux de se remettre e, question. On a la vie qu'on a il n'y a pas de bons ou de mauvais choix que l'ont fait. Arretez madame de pronnoncez de tels mots de jugement. Penchez vous plutot sur votre vie!! plutot que de juger sans savoir celle des autres. si vous aviez lu le blog vous verriez que Julie ne reve pas d'etre comédienne à Paris. Elle n'a pas à déménager en province sa vie est ici! si vous viviez cela, serez vous ravie d'entendre des prétendus conseils d'aide alors que cela n'est que des jugements hatifs et conseils sans intérêts!? alors mettez un peu d'autre dans votre vin et réfélchissez à la dureté de vos mots. en outre, cela n'est pas "en vogue" de s'épancher sur le cas de Julie, on s'interesse sincerement à nos semblables Madame, on est solidaire! ce qui semble vous manquer Madame de la solidarité et de l'humanité. Allez écrire vos pseudos conseils et avis ailleurs...car ils n'apportent rien ici.
Courage Julie, et n'écoutez pas se sifflements de serpents.

Anonyme a dit…

Je me permets de rappeler le commentaire de Max qui est bien vrai, aux vues des commentaires amers de certaines personnes qui devraient passer leur chemin car ici c'est un blog de soutien! pas de moralisation ni de "démoralisation"...:
"C'est marrant on dirait que tous les commentateurs aigris du site du Monde sont en train de migrer ici... C'est toujours les mêmes arguments nauséabonds :
1) La société est bien faite. Si les pauvres sont pauvres, c'est de leur faute (ils appellent ça "responsabilité"), parce qu'ils ont fait des "mauvais choix" ou des "choix immatures"
2) Il y a toujours plus pauvre qu'un pauvre (variante : il y a les "bons" pauvres et les "mauvais" pauvres, ou les "vrais" pauvres et les "pauvres privilégiés", et on prend les uns pour taper sur les autres !)
3) Les pauvres devraient la fermer (ou bien écrire comme des illettrés).
4) Les pauvres devraient rester dans leur pays toute leur vie (variante : les pauvres devraient retourner dans leur pays).
5) Les pauvres devraient faire des boulots de pauvres (variante : les pauvres devraient travailler à la dure et au grand air, ça leur ferait les pieds).
6) Moi aussi j'en ai bavé alors arrête de te plaindre.

Bon, c'est un peu inquiétant pour la France, Juju, je suis d'accord, mais t'affole pas, j'ai plutôt l'impression qu'ils ne sont pas si nombreux et que c'est le même qui fait toutes les voix ;-) Tiens bon, nous sommes tous avec toi !!!"

OUI les gens traitent les "pauvres" avec dureté car pour eux ils n'ont pas fait les bons choix, alors c'est facile de critiquer et de faire rentrer les gens dans des cases! j'en entends tous les jours des choses ameres et des jugements de ma société à l'égard de ceux qui traversent des difficultés (sans emplois, précarité). Les gens sont soi disants porteurs de conseils, ne sont pas constructifs car ils critiquent "vous n'auriez pas du faire ci ou ca" "vous devriez faire ciou ca" comme s'ils avaient la solution mais c'est du vent. non, on n'a pas à rabaisser ses prétentions sous pretexte qu'on est dans une période difficile. Julie est assictante bibliothécaire, elle va passer peut etre le concours, mais elle n'a pas a revoir ses prétentions de boulot ou déménager en province. mais quels sont ces gens qui peuvent dire cela! si elle a quitté sa province, c'est son histoire, vous n'avez pas à juger ni à remettre en question son histoire. si vous avez des aides des pistes concrètes pour l'aider au niveau du logement ok pour le reste passez votre chemin.
Merci max d'avoir relevez le niveau des commentaires!

Thérésa a dit…

Il y a simplement parfois du bon sens à avoir...(cf. les com's de sylvaine P) mais si tout le monde pense ici qu'il vaut mieux être sdf avec 2 gosse à paname et compter sur l'aide et la solidarité des autres comme un dû, plutôt que de s'organiser pour trouver des solutions vivables pour les gamins, bah tant mieux pour vous tous et vive la france comme dirait "max-la-bonne -conscience" !

Il est 10h, mes loulous sont à l'école du village, moi je viens de rentrer de l'écurie pour me faire un thé.
Dehors, les chevaux m'attendent en faisant les fous dans la neige... Ma journée sera belle ! Salut.

Pierrette a dit…

Sylvaine P,
Je vous traite de menteuse parce que vous dites que vous avez lu tout le blog de Julie alors que c'est évident que non. Vous ne citez que des informations tirées de l'article du Monde, sans du tout prendre en compte ce qu'a écrit Julie sur son blog. Si vous l'aviez lu comme je l'ai lu, vous sauriez qu'il est imbécile de lui dire de retourner à la campagne travailler dans les chevaux, parce qu'elle a déjà expliqué que ça fait plus de dix ans qu'elle a quitté ce monde et qu'aujourd'hui sa vie et son travail (elle travaille dans une bibliothèque, vous semblez aussi l'ignorer) sont à Paris. Pourquoi tenez-vous tant à la renvoyer d'où elle vient ?
Vous avez tout à fait le droit d'avoir un autre avis que d'autres, mais vous n'avez pas le droit de juger quelqu'un à tort et à travers sans même prendre la peine d'écouter ce qu'elle a à dire. Et c'est vous qui parlez d'intolérance !
Vous vous dites "très étonnée" que la famille de Julie ne puisse rien faire pour l'aider !... Qu'est-ce que vous savez de la famille de Julie ? Vous vivez peut-être dans un monde où les parents ont toujours les moyens de vous payer un appartement quand vous avez un problème ?... Mais ce n'est pas le cas de tous les Français, vous savez ?
Bien sûr qu'il y a dans le monde des gens plus pauvres que Julie, de la "vraie misère" comme vous dites. Est-ce que c'est une raison pour se résigner en silence ? Et puis je trouve que c'est dégueulasse de dire "de quoi vous plaignez vous, il y a des gens qui souffrent plus que vous". D'abord Julie ne se plaint pas, elle raconte. Et puis dire ça, c'est toujours une manière de culbabiliser les gens. Je viens aussi d'une famille pauvre, et s'il y a une chose que je ne pardonnerai jamais, c'est les gens comme vous, sûrs de leur bon droit, qui font honte aux pauvres d'être pauvres. Et bien sûr, c'est toujours "pour leur rendre service"...
Quant à votre dernière phrase, Sylvaine, ("je croise tous les jours des situations ingérables, des gens sales, incultes et avinés pour qui aucun de vous tous qui venez vous donner bonne conscience sur ce blog ne ferait le travail humain quotidien que nous avons à gérer chaque jour"), au nom de quoi vous pouvez affirmer une chose pareille ? Que savez-vous de notre vie à nous, lectrices et lecteurs de ce blog ? Encore une fois vous jugez à tort et à travers. Vous ne savez que faire ça, juger du haut de votre suffisance. Et puis vous ne semblez pas vous rendre compte à quel point votre phrase s'annule d'elle-même, car si vous faisiez réellement, dignement, en bonne conscience le travail que vous décrivez, vous n'auriez pas besoin de venir salir les autres en mettant en avant votre rancoeur et votre ressentiment. Vous êtes aigrie, et pour cela je vous plains. Peut-être vous devriez aller vivre un peu à la campagne, travailler dans les chevaux ? Demandez conseil à Théresa, vous devriez bien vous entendre...
Au revoir,
Pierrette

Anonyme a dit…

Bonjour à tous, et à Julie en particulier bien sûr! Je suis une vilaine politique, une de ceux que l'on accuse de tous les maux, certes modeste conseillère municipale, mais j'ai choisi de faire partie de ce bien méchant groupe, comme beaucoup d'entre vous nous décrivent.
Je reviendrai un jour où j'aurai plus de temps débattre sur le fond du problème, mais en quelques mots:
OUI le problème du logement à Paris et en petite couronne est quasi insoluble, NON les réelles volontés politiques ne manquent pas,
mais je vais prendre une image toute bête qui parlera je pense à beaucoup de femmes: Si vous pesez 75Kg pour 1.60m, même avec beaucoup de bonne volonté, vous ne rentrerez pas dans une jupe taille 36. Voilà où en est la situation de face à face entre la masse des demandeurs de logement et le nombre de logements effectivement susceptibles d'être attribués.
Aussi je me demande s'il ne faut pas se retourner à nouveau vers le Parc privé, en tentant de mettre en place une caution bancaire visant à rassurer la propriétaire...Si vous trouvez quelques instants pour me répondre, Julie, je suis prête à vous aider en essayant de creuser cette voie-là.
Bon courage,
Bien amicalement,

Sabine

Micky a dit…

En avant-première bientôt sur france 2 : julie et ses 2 enfants sur le plateau de jl delarue avec moumoutte et lunettes !
Avec pierette dans le rôle de la gentille qui a tout compris (sic!) et sylvaine dans celui de la vilaine qui dit tout de même quelques vérités, ça va etre Rock'nroll !!!

Marine a dit…

joyeuses fêtes julie... au calme et en famille...

je suis atterrée par certains commentaires, cette hargne qu'attire malheureusement inévitablement le(s) blog(s) comme le votre.

merci max pour ce commentaire qui évite lui, de nous tirer tous vers le bas...

BriBriMX a dit…

toujours un pincement au coeur en te lisant. je te souhaite sincèrement de pouvoir commencer une nouvelle année plus sereinement...

anne a dit…

Bravo girl tu es une warrior!
Je suis sure que tout va aller, je pense comme toi, on est là fidèles au poste, on veille.

Anonyme a dit…

Quand je lis les commentaires de Sylvain, Thérèse et Micky, c'est lamentable comment on peut voir de l'inhumanité dans vos propos. Mais relisez vous. S'ils vous arrivez de vivre des difficultés dans votre quotidien, vous ne parleriez pas comme ça. Quand Madame Thérésa dit "mais si tout le monde pense ici qu'il vaut mieux être sdf avec 2 gosse à paname et compter sur l'aide et la solidarité des autres comme un dû, plutôt que de s'organiser pour trouver des solutions vivables pour les gamins"
vous croyez peut etre que Julie ou des gens comme Julie ne se bougent pas et attendent tout de l'aide "sociale" mais vous etes sur votre petite planète de confort et de "babar"! les gens se bougent! et ne se reposent aps sur leurs lauriers et les aides! et encore on ne parle pas des gens sans emplois qui sont accusés d'être paresseux alors qu'il n'y a pas de boulot en France on le sait! pas de boulot ni de logement pour tout le monde! donc on va à l'débrouille et à l'entraine, Madame! on ne compte sur rien! pas d'aide de gens comme vous c'est sur!
si les etres humains ne s'entraident pas, s'il n'y a pas de solidrité alors c'est une société ou vivent des gens égoistes, qui ne se préoccupent pas du sort du voisin! ben voyons! nous sommes dans une société de plus en plus egoistes ou chacun pense qu'à soi, c'est dégueulasse! l'etre humain est censé etre HUMAIN à la base! vous voyez. tant d'egoisme alors que vous vivez dans votre petit confort...un peu d'humanité, d'interet de l'autre! mais que direz Soeur Emmanuelle ou Mère Thérésa devant tant d'indifférence et d'egoisme! je suis outrée!
que de jugements hatifs! et d'a priori...
Marie, écoeurée.

Alexandra a dit…

J'ai découvert à travers ton blog une situation que je ne pouvais qu'imaginer. Contrairement à certains... je trouve que tu nous informes, tu ne demandes rien. Ce sont les lecteurs qui ont décidé de te soutenir. Aux autres, je pose une question: il vaut mieux quitter son emploi pour vivre à la campgne, où, c'est bien connu on trouve logement et emploi en claquant des doigts!
Certains commentaires me font froid dans le dos par leur méchanceté et leur côté "aigri" transpire tellement fort... Qu'est ce que ça peut vous faire si Julie raconte son histoire, passez votre chemin si cela ne vous touche pas.
Je te souhaite plein de courage et n'écoute pas les négatifs.

Bella a dit…

Courage Cocotte! ON est là de l'autre côté!
Ce post est si bien écrit..bisous à tous les trois.

Sylvi a dit…

On se demande qui sont les plus agressifs ? Pierrette, max et marie l'énervée me paraissent tenir le pompon ! Des propos d'une intolérance et d'une agressivité qu'ils justifient par leurs bons sentiments ? J'ai relu les posts de Sylvaine ou Thérèsa et je ne vois pas en quoi ça vous mets dans cet état. Chacun peut émettre une opinion en démocratie et je ne comprends pas pourquoi leurs avis méritent le mépris et la violence de vos propos . Elles n'ont fait qu"émettre des opinions qui ne sont pas les vôtres, qui vous dérangent manifestement au point de tenir des propos sidérants ? Qui sont les donneurs de leçon ? reprenez-vous donc, vous êtes affligeants.
Et Julie dans tout ça ? Elle peut se nourrir de vos soutiens positifs mais aussi de certaines idées qui peuvent la faire avancer.
L'important c'est qu'elle et ses garçons retrouvent une vie normale.
Sylvi Giantois

Anonyme a dit…

Des propos tout simplement inhumains Madame, et absolument pas de solidarité donc passez votre chemin meme si il s'agit d'une démocratie vous n'êtes pas la pour soutenir cette jeune femme! Merci.
Marie.

Sandrine B. a dit…

viens julie dans mon petit village de 160 âmes et tu trouvears un poste de bibliothécaire à l'université communale

courage à vous trois je sais que tu es soutenue par ta famille le père de tes enfants malgré ta situation tu es optimiste tu ne te plains pas

passe de joyeuses fêtes et profite de la chaleur familiale

Christian R. a dit…

En fait, si on analyse les derniers échanges, parfois très désagréables d'ailleurs, on peu admettre que deux types de pensées, deux philosophies s'oposent : les uns sont farouchement adeptes d'une société paternelle et donc responsable de ses maux et donc à même de trouver toutes les solutions (tout est de la faute de monsieur vaillant), les autres pensent que chaque individualité fait partie de la société et y a donc sa responsabilité personnelle au travers de ses choix.
Ce sont deux façons opposées de voir le monde, et heureusement que la pensée n'est pas unique, sinon c'est retour à la case du despotisme !
Tout le monde à une part de raison dans ses propos, tout le monde a aussi une part de tords...
Moi, ce que j'en dis...
Bon week-end à tous !

Anonyme a dit…

En tous cas, rien de ce qui est dit ici mérite d'être insulté, et tout le monde s'inquiète à sa manière du sort de julie et des ses enfants.
Yoda

Anonyme a dit…

Monsieur Christian, vous n'avez pas du bien lire tous les commentaires, c'est un facile raccourci.
L'idéal c'est une société qui n'est pas à 100% individualiste ni à 100% paternaliste mais une société solidaire, une société où chacun aurait les moyens de réaliser ses choix, être responsable. Bref une société qui se préoccupe de ses citoyens, et qui n'est pas dans l'immobilisme.

Courage Julie, on te soutient. On ne te décourage pas. On a lu avec ma petite famille ton blog et nous comprenons ce que tu traverses. Tu es très courageuse.
Valérie

Anonyme a dit…

Bonjour
Je comprends mieux pourquoi Julie écrit ses galéres sur son Blog, quand nous lisons le message de Sylviane qui travaille dans les services sociaux , cela fait froid dans le dos AUCUNE COMPASSION ( le propre de ce type de travail...)et en fait j'aime que tout le monde essaie d'aider, de compatir sans juger ( car apres tout qui n'a pas fait de 'mauvais' choix une fois dans sa vie...). Si effectivement il n'y a rien à attendre du parc logement social, peut etre une agence immobiliére avec plein de cautionnaires ( nous !!!et le loca ou mobili pass)pourrait aider Julie à trouver un petit logement,
Qu'en pensez vous les bloggeurs actifs ?
Sandrine Chapuis

MadameCoquelicot a dit…

Julie,
Il y a toujours pire, toujours mieux, je crois surtout que vous faites peur à certains, car vous êtes l'image des "workers poor", et ça ce "n'est pas possible en France", on les trouve aux USA, pas ici.
Et bien si, c'est chez nous et il y en a tellement, demander aux jeunes facteurs mutés à Paris, venez vivre en Province où les loyers sont aussi chers qu'à Paris, malgrès une solidarité familiale (lorsqu'elle existe), ne suffit pas...;
alors Julie courage, on pense à vous et à tous les autres, pour ces fêtes, et comme dit Marion, il faudra peut être réfléchir à d'autres actions pour vous et les autres...

Anonyme a dit…

Je travaille également dans le social à Paris et malheureusement il y a des milliers de familles qui attendent un logement, qui sont à l'hôtel, dans des logements insalubres, surpeuplés. La situation est dramatique à Paris.

Et non, la compassion n'est pas le "propre" du travailleur social, au contraire, il faut avoir du recul, être neutre, et accompagner les gens dans leurs démarches. S'il fallait compatir, avec toutes les situations du quotidien, je me serais tiré une balle dans la tête depuis des années.

Catherine a dit…

bonjour et d'abord bon courage à toi Julie, j'espère sincèrement que ta situation s'améliorera rapidement. J'admire ta combativité.

ce qui me frappe le plus dans les commentaires critiques sur les choix de vie que l'on peut faire ou pas (que je ne me permettrais pas, personnellement), c'est le fait que ces personnes ne pensent simplement pas aux enfants.

A ces commentateurs: la société doit-elle imposer à un enfant en bas âge de porter la responsabilité des choix faits par ses parents de manière aussi cruelle, et de grandir dans une situation que nous jugeons tous intolérable? Doit-on punir les enfants pour les accidents de parcours de leurs parents? Evidemment non.

Autre aspect de la question: il y a en France trop de gens dans des logements sociaux à vie, même lorsque leur situation s'est notablement améliorée ou que les enfants qui ont motivé l'octroi d'un 4 pièces sont partis depuis longtemps.

A mon sens le problème d'engorgement est aussi là. Le logement social ne devrait pas être un droit à vie. Quand les situations s'améliorent et qu'il ne se justifie plus, il serait légitime de demander aux occupants de déménager, avec un préavis de quelques années et une aide au déménagement s'il le faut. Cela permettrait de faire de la place pour les mères célibataires. Qui devraient dans tous les cas avoir la priorité.

Anonyme a dit…

Pour Sandrine Chapuis,
je pense aussi que la solution si Julie l'accepte passe par une caution multiple de gens du net. Marie Hélène

Plume a dit…

Je te souhaite de passer de bonne fetes dans ta famille, repose toi et prend des forces ma Julie, j ose croire qu en retrant ce sera la derniere ligne droite.
Bisous a vous trois

Anonyme a dit…

Oui il y a des gens qui occupent des logements sociaux alors que leurs enfants sont partis. Cas extrême dans mes relations professionnelles : un couple dans un 6 pièces, dans le 10e arrondissement, leurs 11 enfants ayant tous plus de 40 ans d'âge...

Je suis sûr que ce type de situation ne doit pas être unique.

Anonyme a dit…

Ah la belle idée ! Virer les gens de leurs apparts... (des pauvres qui ne sont plus assez pauvres)
Déshabiller Pierre , pour rhabiller Paul...
Non mais quel exemple ! Ce couple qui a élevé 11 enfants dans un 6 pièces (ça fait déjà du monde dans chaque pièce...) s'occupe aussi peut-être des nombreux petits enfants qui ont suivi, peut-être que sur les 11, il y en a aussi qui ont des soucis de logement et se contentent de leur chambre d'enfant. Bref, quelle indécence ! A croire qu'il y en a qui seraient prêts à entrer en délation pour rétablir un ordre moral a leur sauce...
Et puis soyons honnête, est-ce que ça réglerait le problème de l'équation "trop de demandes/parc social immobilier débordé" ?

Cathy a dit…

Je suis d'accord, c'est pas parce que quelques cas abusent de situations "privilégiées" que ça va régler le problème. De toutes façons, il faudrait bien qu'ils se logent ailleurs.
Cathy

Anonyme a dit…

C'est vrai que cela parait assez peu productif de vilipender ceux qui restent dans les HLM alors que leur revenus se sont améliorés. C'est un peu facile de dresser les gens les uns contre les autres, cela détourne l'attention des politiques et de ce qu'il font de l'argent public. Pour tout les donneurs de leçon qui recommandent la province comme un eldorado, rappelons que même en Auvergne dans un coin bien perdu comme le Livradois Forez , il faut deux ans pour avoir un logement social.
Vous tous qui venez sur ce site, ne peut on pas s'organiser , si Julie est d'accord pour qu'elle puisse enfin poser ces valises?

Lisiris a dit…

Etrange tous ces commentaires malveillants... Je ne pense pas que Julie ait fait ce blog pour demander aux gens leur avis, mais pour alerter sur sa situation. Quand on a des enfants, on fait tout ce que l'on peut pour leur offrir un monde meilleur, et c'est ce qu'elle tente de faire, à sa façon. Vous avez certes le droit de ne pas adhérer à sa façon de faire, mais quelle est l'utilité de venir le dire sur son blog ? De quelle façon faites-vous avancer les choses en la jugeant sans rien lui proposer en retour ? Ouvrir un blog au public ne signifie pas se jeter en pâture aux requins, il s'agit au contraire de partage. Julie partage son mal-être et la difficulté de sa situation, de quoi est-elle coupable exactement ? Oui, vous avez le droit de penser différemment. La démocratie offre en effet le droit d'être intolérant, mais elle permet surtout de se battre contre tout cela, et de lutter pour ses droits dont le logement fait partie, à Paris comme ailleurs. Plein de courage Julie, ainsi qu'à tous ceux qui luttent, à leur façon.

Anonyme a dit…

bonjour je suis maman d'une petite fille et ancienne parisienne mais la vie et tros dure a parie alors je suis partie de cette ville ou il n'y rien nie boulot nie logement je suis aler a saint etienne dans la loir j'y et de la famille et j'ai un bon logement un f3 a 210euro le seul conseille que j'aurai a te donner s'est de quitter parie je sais que sais dure de quitter une ville sur tous que tu a un enploi des amis et que tu tes surment atacher a cette ville mais se que tu peu faire comme tu travaille pour une bibliothèque s'est de demander un transfère ou de demander un emploi dans plein de maire de France tu trouvera bien
si j'ai une chose a dire a tous seu qui son en difficulté de trouver un emploi ou un logement a parie s'est de quitter cette ville il n'y a pas de logement dans cette ville n'y même de tavaille.

Marine a dit…

ca fait peut etre deux mois que je passe ici. Chaque jours ce blog est plus visité et attire "les professionnels de la hargne"... j'avais commencé il y a qques semaines à répondre, mais je crois que le silence finalement n'est pas si mal...

même si on ne peux pas tout laisser dire, pourquoi ce dialogue de sourds avec ces gens si agressifs... ?

je crois effectivement que ce blog n'est pas là pour régler des pb de société, ca n'est pas ici que ca va se jouer... julie n'a surement pas fait son blog pour ça... juste pour apporter un témoignage.

si seulement les messages pouvaient etre des propositions de logement : logement contre loyer...


une petite histoire pour finir, c'était il y a 30 ou 35 ans dans le sahara. Mon mari et sa famille vivait là au milieu d'autres français expatriés. Dans la voiture en allant à l'école, mon mari, enfant à l'époque, ne voulait pas y aller ce matin là, sa mère voyant des enfants y aller à pieds lui répondit : de quoi te plains tu, au moins toi, tu y vas en voiture !

Elle passa devant sans faire monter ds la voiture les camarades de classe.


Parfois, dire "arrête de te plaindre il y a plus malheureux que toi" est une bonne excuse pour ne pas aider.

tatabricolette a dit…

Quel courageuse tu fais, je continue à croiser les doigts pour toi. C'est bien que tu ailles chez ta maman pour les fêtes. Un peu de chaleur et de tendresse vous fera du bien.

Anonyme a dit…

Euh je crois qu'il faut arrêter la hargne là !

Je n'ai pas dit qu'il fallait déshabiller machin pour rhabiller truc, je parle simplement de rationnaliser les logements sociaux !

Quand une situation familiale change, il est normal que la taille de l'appartement soit adapté. De même qu'une famille qui s'agrandit pourrait bénéficier d'un logement plus grand, des parents qui se retrouvent seuls peuvent bien vivre dans un 2 ou 3 pièces !

Ras le bol des moralisateurs ! La compassion et la pitié vous étouffent ! On peut réfléchir sereinement !

Zut !!!

Anonyme a dit…

ALORS, A QUAND UN NOUVEAU LYNCHAGE NUMERIQUE, MINABLE CONNARD DE FLIC, ORGANISE POUR " SORTIR DE LEUR BOITE DES GENS " QUI AURAIENT BESOIN D UNE BONNE LECON PARCE QU'AYANT DÉPLUT A CE GROS LACHE DE SI PEU PRESIDENT QUI S EMPÊTRE DANS SA PATHOLOGIE, MEUH ?
http://embruns.net/ aka- Merci de votre commentaire. -Il a été bien enregistré et sera publié prochainement après validation.

Le signifiant perversion donne souvent lieu à de nombreux malentendus. Issu du vocabulaire moral et même ecclésiastique, il garde le plus souvent cette connotation de condamnation morale dans le discours courant. Les variations d'acception et même les luttes idéologiques qui sous-tendent les différentes perceptions de la perversion montrent que cette notion est un enjeu important qui agit comme un indice de la valeur sociale qu'accorde la société, à un moment donné, à la sexualité. Certaines pratiques considérées autrefois comme perverses par le discours moral, sont aujourd'hui communément admises, on en verra des exemples plus loin

Le pervers pense, associe, utilise des comportements de mentalisation. Il s'est sauvé de la psychose et de la psychopathie en construisant lui-même sa loi. Il cherche la justification de la loi dans la raison, et ne l'écoute que dans ce qui l'arrange. Il démontre tout le temps qu'il a raison, et soutient que la loi a une essence rationnelle. Le pervers n'est pas coupable, mais aura quelquefois honte. Le père était trop prévisible. Le pervers n'est pas aussi instable que le psychopathe et peut se contenter des bénéfices d'une relation durable. Il est auto suffisant. Un pervers a eu une hyper stimulation, un bombardement de stimuli qu'il n'avait pas la possibilité de traiter par voie mentale. Il survit à des traumatismes relationnels trop précoces. Le pervers a aussi une confrontation à la loi ainsi qu'une organisation à part qui ressemble à l'état limite. Deux notions importantes chez le pervers: enfant qu'on n'a pas respecté, et composante abandonnique.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Perversion

Cacaille a dit…

Bonsoir,
Pas de Politique pour moi... juste une pensée pour Toi et tes deux enfants... ton petit Orphée... et Jules... j'imagine la paix quand ils auront un logement, leurs jouets...
Accroche-toi.

Anonyme a dit…

Et tu ne touches pas les allocs "mère isolée", jeune enfant etc ?
Parceque en cumulant 750€ de salaire, les allocs et une pension du père, normalement, tu devrais t'en sortir non ?

Fabrice a dit…

Ben oui, et le père, faut qu'y s'bouge non ?

p a dit…

je sais pas pourquoi, mais j'ai le sentiment que tu tiens le bon bout! content que vous puissiez vous poser un peu entre vous...gros bisous pour les fêtes!

mammilou-mijo a dit…

Je viens tout simplement te souhaiter de passer quand même de bonnes fêtes de Noël avec tes enfants et ta famille.Encore bravo pour ton courage! Je suis sûre que bientôt tu seras chez toi! Je te le souhaite en tout cas tu le mérites.

angélique a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
angélique a dit…

Bonjour Julie
Je découvre tout juste votre histoire et votre blog... Je n'habite pas paris, je n'ai pas de logement à vous proposer et je n'ai pas encore d'enfant. J'ai bien compris que vous avec un travail (donc un revenu) et je me rends compte des loyers indécents sur paris. Bref je sais coudre, un peu tricoter, je fais mes cosmétiques, j'ai des copines couseuses... et je sais écrire (si y'a besoin pour une 2de marée !)
Puis-je vous aider ?

En attendant, je vous envoie à vous et vos enfants plein de bonnes pensées et plein de courage pour votre titularisation en 2009 (parceque j'espère que ça vous ouvrira des portes, si celles des commissions et autres restent bloquées...)

Bab a dit…

Bonjour Julie,

Je viens de lire d'un trait ce blog.
J'ai connu ce genre de situation mais avec un seul enfant, intérimaire dans les années 80, personne ne voulait prendre le risque de me louer un logement.

J'ai eu beaucoup de chance parce que les choses se sont résolues au bout d'un an.

Je crois que tu es près du but et tout cela n'aura pas été vécu en vain. Je te le souhaite de tout coeur. Si je ne peux rien te proposer comme aide, je reviendrai prendre des nouvelles. L'action des lettres et mails peut se renouveler, je suppose ?

Quant aux commentaires désobligeants, certaines personnes sont incapables de comprendre l'ensemble de circonstances qui peuvent nous amener dans ce genre de situations.

Ne les écoute pas. Garde le moral et embrasse tes petits, c'est pour eux que tu te bats.

la Souris des archives (en chair et en moustaches) a dit…

Bonsoir !
On ne peut qu'être touché par votre histoire, et soyez assuré que je pense souvent à vous en priant pour que vous obteniez cet appartement si nécessaire.

En vous lisant, je me suis posé une question : pour quelle raison ne pouvez-vous pas obtenir une location (d'un logement appartenant à un particulier) jusqu'ici ? Je me doute que vous avez fait tout ce que vous avez pu en ce sens. Pardonnez le caractère indiscret de ma question...

- Est-ce le montant ? (pour avoir loué un appart à Paris il y a cinq ans, pendant trois ans, mes 680 euros par mois étaient à la fois une bonne affaire pour les 30 m carrés que j'avais et un poids qui m'a fait songer à aller manger aux restos du coeur, parce qu'une fois les impôts, les assurances, etc, je n'avais plus assez pour manger, bref, tout ça pour dire que les loyers sont effectivement terribles)

- la nécessité d'un CDI et de caution ?
Parce que ce que vous dites sur les bénéficiaires de HLM qui restent en HLM sans contrôle de l'évolution de leur revenu, est juste. Une amie en HLM a voulu obtenir un appart plus petit, car n'ayant plus d'enfant à domicile, elle estimait ne plus avoir besoin de son 4 pièces, en pensant qu'il serait utile à une famille, eh bien ça lui a été refusé ! On marche sur la tête...

D'un autre côté des propriétaires, échaudés par des locataires qui ne payaient pas en ayant les moyens - de mauvaise foi, donc - ne veulent plus louer, au détriment des gens de bonne foi, comme vous. POURQUOI l'État n'est pas fichu de garantir aux propriétaires le versement du loyer, pour louer ces logements sans caution aux gens solvables, mais en CDI, sans appui familial pour caution, quitte à avoir le droit de percevoir directement le montant du loyer, pour toute garantie.

Juridiquement, ça doit pouvoir se ficeler. Est-ce que ce n'est pas une question de bonne connaissance des problèmes réels de la location, du marché de l'immobilier à l'heure actuelle ? La balle est malheureusement dans le camp des gouvernants...

fils et aiguilles a dit…

je te souhaite de passer de bons moments en famille pour cette fin d'année et je t'envoie tous mes voeux de bonheur et merveille pour 2009...je souhaite que cette nouvelle année te donnera un logis fixe pour toi et tes enfants!!!! A bientôt

Anonyme a dit…

bonjour,

je lis ce blog depuis quels temps et j'ecris pour la première fois car il y a desaccord. je te souhaite pour 2009 de trouver un logement digne dans le quartier souhaité. cependant je rejoind un peu les autres... nous habitons en banlieue et la vie n'y est pas si mauvaise... je trouve courageux de s'accrocher à ses reves... j'ai mis les miens de coté mais mes enfants ont chacun leur chambres et je travaille à 2 minutes de la maison dans un boulot correct mais qui ne me fait pas vibrer...chaque soir je pense à ce que serait ma vie si j'avais tenu mes reves ... mais j'y pense au chaud de mon canapé, mes enfants endormis profondement dans leur lits...
bon courage et oui on fait des choix !!! il faut pas se voiler la face !!! soyons serieux tout n'est pas toujours la faute des autres et dans un monde idéal cette situation n'existerai pas alors sortons les doigts de nos culs et faisont des choix !!!
coco , maman de 3 enfants

Anonyme a dit…

je viens de découvrir votre blog. Cela me mais en colère de voir de telle situation. Et je pense qu'il faut harceler nos politiques jusqu'à ce qu'ils réajissent. Maman de trois enfants, je trouve intolérable de laisser les gens dehors encore plus quand il s'agit d'enfants. Notre système leur vole leur enfance, leur rêve et leur insouciensce. Je trouve que vous avez beaucoup de courage tous les trois et tenez bon j'espère que 2009 vous apportera votre petit coin de paradis.
Concernant les politiques, je viens d'écrire à l'instant à notre cher Président de la République pour lui demander d'avoir une pensée pour vous trois quand il regardera son fils pour le reveillon de Noel. C'est peu être une goutte d'eau mais si ce dernier reçoit des millions de mail et de courrier postal (en plus c'est gratuit) peut être finira-t-il de faire semblant...pour prendre enfin les chose en main pour vous trois et tous les autres. Passez de bonnes fêtes de noel auprès de votre famille et encore tenez bon vous n'êtes pas toute seule.Fabienne maman de trois filles

Isabelle a dit…

Bonsoir...Je découvre votre blog via un autre blog (et vais m'empresser de mettre le lien sur le mien pour que la chaine ne s'arrete pas avant que vous ayez trouvé un logement) Quel courage ! Où en etes vous ? Je vous souhaite enormement de bonheur pour l'année qui vient (et celles qui suivront) que les enfants profitent bien de leurs vacances et croisons les doigts pour qu'à votre retour les nouvelles soient excellentes !

Anonyme a dit…

Passez tous les 3 de bonnes fêtesen famille. Je vous souhaite pleins de bonnes choses pour 2009!

Mart65

Anonyme a dit…

Bonjour,
Coco, qu'entendez vous par "bon courage et oui on fait des choix !!! il faut pas se voiler la face !!! soyons serieux tout n'est pas toujours la faute des autres et dans un monde idéal cette situation n'existerai pas alors sortons les doigts de nos culs et faisont des choix !!!
coco "???
car la vous etes en train d'ccuser Julie de rendre malheureux ses enfants du fait de la poursuite de reves! mais Julie ne poursuit pas de reves utopiques! Julie travaille à Paris dans une bibliothèque de faculté! c'est poursuivre un reve ceci? non c'est faire un choix, elle a choisit de travailler dans ce domaine! on n'a pas à lui demander d'en changer. Il faut la soutenir pour qu'elle trouve un logement on n'a pas a lui asséner des pseudos conseils et à la moraliser!
merci!
Bonnes fetes de Noel à tous.
Delphine

kaynisha a dit…

Bonsoir Julie,
Je vous envoie ce petit mot pour vous dire que je suis de tout coeur avec vous, bien que je n'ai aucun moyen de vous aider à trouver un logement. Je vous souhaite un joyeux Noël avec vos enfants et de bonnes fêtes de fin d'année avec votre famille et vos amis. Avec toute mon admiration pour votre courage.
Claudine

Plume de savon a dit…

Je vous souhaite un bon Noel et souhaite que 2009 voie votre situation se debloquer.

Anonyme a dit…

Bonjour,
Je vous prie de m’excuser. Je n’ai malheureusement pas trouvé comment vous contacter autrement que par commentaire.
Je souhaitais vous faire découvrir le service Paperblog, http://www.paperblog.fr dont la mission consiste à identifier et valoriser les meilleurs articles issus des blogs. Vos articles sembleraient pertinents pour certaines rubriques de Paperblog.
En espérant que le concept de Paperblog vous titille, n’hésitez pas à me contacter pour toutes questions ou renseignements...
Adeline Responsable communication adeline@paperblog.com

Anne a dit…

Que ce Noël soit une trêve douce et affectueuse dans votre quotidien. Je pense à vous et à vos enfants en cette journée. Bon courage Julie !

campskunk a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
campskunk a dit…

http://www.iht.com/articles/2008/12/23/europe/homeless.php?page=1

Anonyme a dit…

Avez vous une adresse e-mail ?

Répondez.

Cordialement,

Audrey a dit…

Bonsoir Julie juste quelques mots pour vous souhaitez un doux moment en famille, je pense à vous chaque jour mais encore plus fort ce soir.

Leocadie a dit…

Joyeux Noël en famille et surtout plein d'espoir pour la suite!

Anonyme a dit…

Joyeux Joël Julie, que tous vos rêves se réalisent surtout celui qui est le plus cher pour vous.
Amicalement
S.

Anonyme a dit…

HERALD TRIBUNE INTERNATIONAL
http://www.iht.com/articles/2008/12/23/europe/homeless.php?page=1

In Paris, the wish list for Christmas? Just a home
By Katrin Bennhold Published: December 23, 2008

E-Mail Article

Listen to Article

Printer-Friendly

3-Column Format

Translate

Share Article

Text Size

PARIS: Julie Lacoste has her own definition of the perfect Christmas present: It has to be a surprise, it has to be useful - but most important, it has to be light. "Portable," as she puts it.

Lacoste, 31, and her two sons, Jules, 6, and Orphée, 2, are homeless. Every few weeks they pack one big duffel bag with their belongings, heave it onto a bicycle and move to another apartment. They crash on the floor of a friend's house and rely on the charity of parents at the boys' schools.

If they have avoided sleeping on the street so far, it is also because of the publicity Lacoste has reaped with a weekly blog she started in September.

This "diary of a homeless mother," recounting the daily routine of juggling her job at a public library, the care for her children and the battle to find a place to stay, has resulted in dozens of offers of temporary accommodation.

It has also drawn some skepticism.

Multimedia
Video: Life on the margins of Paris
» View
Today in Europe
Estonia spy case rattles nerves at NATORussia's liberal opposition loses its voiceWhere a Yule log is so much more than Christmas cake"There are other cities and villages in France where life is sweet, rents are cheaper and there is work," Sylvaine P. wrote on the blog on Dec. 10. "One gets the feeling that you haven't necessarily always made the right decisions."

Lacoste's response is categorical: "Paris is home. I have a job here and friends. All I need is an apartment."

"Sometimes it's a little overwhelming," she said one recent morning, drinking herbal tea at a café near their latest address in northern Paris. "Someone even offered me a book contract. But how can I write a book without an ending? I need to get an apartment first."

Lacoste, well-dressed and employed, may be an unlikely face of the homeless. But her tale has a growing resonance in France: As the global economic crisis eats into incomes and prices more struggling people out of the housing market, national pride in egalitarian values and a generous welfare system is being punctured.

Add a cold spell in the run-up to Christmas, and the plight of those without a stable roof over their heads has once again become a national debate.

Seven people have died in the cold in the Paris area since November, most of them in makeshift homeless camps in the forests bordering some of the wealthiest neighborhoods.

That brought the countrywide toll so far this year to 343 homeless deaths, compared with a little more than 210 in 2007, according to according to the Abbé Pierre Foundation, a charity dealing with housing issues.

"Shame" was the title of a recent editorial in Le Monde, in which the center-left newspaper called on the government to tackle the longstanding housing shortage that has raised rents and pushed up the number of eligible people waiting for subsidized housing.

Politicians "would be well-advised to seize the occasion and put into place a real housing policy," the editorial read, "if only to spare this country the shame of seeing the unfortunate die at the gates of Paris."

The weekly magazine Le Nouvel Économiste lamented what it called the "seasonal compassion" of the media and the political class that tends to ebb in the warmer months.

The issue has embarrassed President Nicolas Sarkozy, who pledged on the campaign trail in 2006 that "two years from now, no one will be obliged to sleep on the sidewalk anymore and die of the cold."

The president's office argues that there is enough emergency shelter to protect the homeless from the cold, pointing out that many decline offers for such shelter, including some of those who have recently died.

Housing charities say, however, that the argument is dishonest and that the real policy challenge lies in the persistent shortage of affordable housing.

The recent suggestion by Sarkozy's housing minister, Christine Boutin, to take the homeless into temporary emergency shelters every time temperatures go below minus-6 degrees Celsius (21 degrees Fahrenheit) has only fueled a public outcry.

"At minus-5 degrees you leave people outside and at minus-6 degrees you force them into a temporary shelter?" scoffed Patrick Doutreligne, head of the Abbé Pierre Foundation. "This is not policy making; this is a public relations exercise."

But housing problems go well beyond the poverty and existential dangers facing some 100,000 homeless nationwide.

One million people have no stable home here, often despite holding a job, Doutreligne's foundation estimates. Nine out of 10 migrate from one temporary solution to another - like Lacoste.

Originally from a village near Bordeaux, in southwestern France, she left behind an apprenticeship on a horse farm and moved to Paris 10 years ago, dreaming of becoming an actress.

With her part-time job at a law library south of the Paris city limits, she earns €750 a month, or about $1,050. Divorced from the father of her sons, a Senegalese musician who is also homeless, Lacoste had to give up her 50-square-meter, or about 540-square-foot, apartment in the north of Paris last January when her housemate left. All attempts to find a new one failed and she could no longer afford the monthly rent of €950.

She took her sons and moved in with two friends and their children, thinking it would take a few weeks either to find a small place in the private sector or finally get the social housing she first applied for more than four years ago.

It has not worked out.

"Even when I see an apartment advertised that I can afford, the landlords refuse to schedule a visit when they hear about my situation," she said. "And I still haven't heard back about the subsidized housing."

Seven months into her odyssey, she decided to share the experience on a blog.

On the welcome page she explains why: "So that everyone understands what it is like, concretely, to be homeless in Paris today."

In weekly entries on her brother's old laptop, Lacoste describes the logistical juggling act of living out of one bag and having everything else stored away in three different basements across Paris.

Not without humor, she talks about the awkwardness of hiring a baby sitter who is baffled to learn that the place where she would care for the children was yet to be determined.

At times she is defensive.

"I am homeless, not a tramp," she wrote Sept. 12, venting her anger at those who equate homelessness with poor hygiene and are indifferent to all but the most glaring poverty.

One recurrent theme is anxiety: the anxiety of breaking anything in the places they stay; the anxiety of not knowing where next; the anxiety of watching her children cope.

For all the moving around, Lacoste says she has endeavored to create some stability for the boys, keeping them in the same kindergarten and school throughout.

Thousands of readers from as far away as Angola have been following Lacoste's life - in which so far every episode has the same ending: no home.

For Christmas, she has taken her boys to the house of her mother, a retired electricity worker who still lives near Bordeaux.

They will get a Christmas tree and presents like other children. But they will not get what they most want.

"A house," Jules said.

Plume a dit…

Joyeux Noël à vous et vos enfants, que l'esprit de Noël accompagne tous ceux dont vous croiserez le chemin, et vous amène vite dans un chez vous durable où vous puissiez faire votre nid pour les années à venir.

79eric a dit…

une pensée pour vous et vos enfants en ce jour de Noel
eric

Mag a dit…

Bonjour,
Si tu n'as toujours pas de nouvelle, cela veut dire qu'il faut rester mobiliser. Tu as eu raison de faire connaitre ton histoire et maintenant il faut aller au bout, continuer de te battre. Bisous à tous les trois et profitez bien de vos jours de tranquilité.
Mag

ugg boots sale a dit…

I have searched the net and I should say I've not come across an article like this which is so easy to understand and learn

Qui êtes-vous ?