dimanche 5 octobre 2008

mercredi :

Finalement, je n'ai pas été prise au cours d'anglais car le jour des inscriptions je suis arrivée trop en retard à cause du travail. Je suis déçue mais en même temps c'est tellement compliqué de faire garder des enfants quand on a pas de maison... La baby-sitter veut bien continuer de récupérer Jules le vendredi soir même si je n'ai besoin d'elle que pour une heure ; dès que j'aurai un point fixe, je la solliciterai davantage.

J'ai parlé aujourd'hui à la secrétaire avec qui je suis en contact à la mairie et ça m'a redonné un peu de courage. Elle voyait très bien qui j'étais et m'a parlé de mon blog sans que j'en dise un mot... Elle m'a dit que c'était difficile avec les commissions d'attribution de logement mais qu'ils font leur possible, que je dois garder courage, ça va aboutir...

Elle est très gentille cette dame et je sens qu'elle est sincère mais je ne serai rassurée que lorsque j'aurai reçu un papier m'attribuant un logement.

Je veux que ma vie change.

J'espère que j'ai raison de continuer dans cette voie, que je me fais pas trop d'illusion, ce n'est pas facile car en ce moment je travaille à plein temps alors je suis un peu coincée pour téléphoner et me déplacer et je n'arrive à avoir aucun des contacts que l'on m'a conseillé d'appeler. J'ai l'impression de tourner en rond.

On est à deux jours de notre départ de l'appartement que nous occupions cette semaine. J'ai envoyé un mail ce matin à une maman de la crèche car je me suis rappelé qu'elle est absente pour dix jours. Drôle de coïncidence, elle m'a laissé un message quasi en même temps pour me proposer ses clés. On se voit ce soir pour plusieurs infos et remise de clés, dès demain on pourra s'installer.

Le soir avec Jules et Orphée nous allons donc le visiter. Elle vient d'emménager et est en train de refaire la peinture de la chambre. On attendra deux jours avant d'y aller, le temps de bien aérer.

dimanche :

Le plus dur à chaque fois que l'on arrive dans un nouvel appartement c'est de s'approprier des lieux. J'ai l'impression que les enfants s'adaptent plus vite que moi. Souvent pour me sentir chez moi, j'ai besoin de faire le ménage, je ne sais pas pourquoi, les enfants ont au contraire besoin de mettre le bazar, de tout explorer.

Il y a une vieille chatte, je ne suis pas très chat alors au grand plaisir de Jules c'est lui qui s'en occupe. Il lui donne à manger et à boire tous les jours et nous nous occupons de la litière ensemble.

Nous voilà donc posés pour dix jours à côté de l'église St Bernard.

24 commentaires:

plume a dit…

Mon dieu!!! mais comment peut on vous laisser dans une situation pareil????? Je ne comprend pas et ca me rend malade. Je suis malheureusement loin de Paris puisque je suis en provence. J espere que votre situation va s arranger au plus vite.
Je me permet de vous mettre en lien sur mon blog, des fois sait on jamais
Bon courage

Minie a dit…

Je suis comme Plume, votre situation m'émeut. J'espère de tout coeur que vous allez trouver au plus vite un logement. Bon courage et bises à vous 3.

degardin a dit…

c'est innadmissible, laisser une maman avec ses deux jeunes enfants dans une panade pareille, et en plus vous travaillez!
j'espère de tout coeur que vous verrez le bout du tunnel sous peu, et que la situation s'arrange.
Bon courage.

Anonyme a dit…

Julie je te suis et je me demande à chaque fois quelle sera ta nouvelle destination et si tu en auras une. Je suis très inquiète mais je n'ose pas te le dire, alors que je te vois chaque jour. J'ai peur pour toi, pour tes enfants.

martijn a dit…

coucou julie, jules et orphée!!!

moi aussi je suis les événements qui font aboutir (j'en suis sûre) bientôt!!!
je te le souhaite de tout coeur!!!!
gros bisous à vous trois
ta tante MARTIJN
à bientôt!!! et bises aux enfants
bye bye

anne a dit…

Bonjour Julie,
Ecoute, je pense qu' un grand élan de solidarité se met en place, tu vas voir a quel point le blogomonde va bouger pour toi. On ne parle que de toi.
Moi non plus je ne peux pas faire grand chose, je voudrais savoir si tu nous autorises à contacter des gens que nous conaissons, contacter les médias.
Garde le contact ici.Merci de nous permettre de bouger concretement.

Marie a dit…

coucou ,

j'ai découvert ton blog grace à Lao ,

je vais le mettre en lien sur le mien et je connais une peronne a a mairie du 16 eme je vais demander je t'embrase bcp de courage a toi

olivia3 a dit…

Je ne sais pas quoi dire...
J'en suis malade pour toi, je ne sais pas comment tu arrives à tenir : pour les enfants sans doute..
Cela fait maintenant 2 semaines que tu n'as pas donné de nouvelles ; je ne veux pas croire qu'une nouvelle catastrophe soit venue encore ....

lundi rose a dit…

Je t'adresse une tendre pensée. Je sais c'est peu ... Garde le courage, bats toi pour ta dignité et tes enfants.

ciboulette100 a dit…

j'ai transmis le lien de ton blog à quelques amis qui vivent à Paris. Deux, travaillent pour la Ville de Paris, et une, travaille dans un centre social du côté du bd de Belleville. Si tu as besoin de leurs coordonnées, n'hésitent pas à me les demander via mon blog. Je t'ai d'ailleurs envoyé un mail. Mais dis-nous surtout où tu en es, de manière, soit à continuer à t'aider dans tes démarches ou recherches, ou bien, dans le cas où tu serais logée définitivement (on peut toujours rêver...), à te venir en aide pour autre chose. Bises et courage.

Caro a dit…

je suis outrée de lire tout ça ... outrée que rien ne soit fait. Et tellement admirative de ton courage. Le logement social à Paris, c'est une vaste fumisterie ... je suis dans le parc locatif de l'opac et depuis plus d'un an, j'attends un appartement plus petit et surtout moins cher ... rien ... alors que de nombreux appartements sont vides dans ma résidence ... finalement, la solution serait peut-être de squatter un appartement ... ensuite, ils ne pourront plus te mettre dehors ...
Je te souhaite beaucoup de courage

laetitialily@hotmail.com a dit…

Je viens tout juste de découvrir votre blog et je suis très touchée.
D'autant plus que l'année dernière c'est ma meilleure amie qui était dans la même situation avec ces deux enfants. 6 mois de galères! mais heureusement elle s'en est sortie et a trouvé un appartement f3 dans le 91.Grâce à une société d'HLM qui prend des candidature en direct, pas besoin de passer par la mairie ou autre.Ils étudient le dossier et ensuite il passe directement en commission, elle a eu son appart en même pas 2 mois c'est le 3 ème qu'elle visitait avec eux.
Si ça t'intéresse fais moi un signe et je te donnerai les coordonnées.
Bon courage.

Anonyme a dit…

Comment peux-t-on vivre cette situation dans un pays comme le nôtre???Quelle horreur!!!
Il parait que vivre à Paris et environ c'est un peu galère niveau boulot, habitat etc...
Julie, je te jures que tu me touches beaucoup avec ton histoire!!!Je sais c'est plus facile à dire qu'à faire mais n'y a-t-il pas moyen de bouger de ville (plus petite) donc peut-être plus accessible d'un point de vue travail etc???
Moi je suis de Strasbourg et je n'ai jamais connu de pareille situation...
En tous cas, j'ai pas de moyens (chômeuse longue durée...) mais en tous cas j'ai mon coeur pour penser à vous, j'espère sincèrement que tu vas t'en sortir...
Je vous embrasse les petits et toi...

Fatima.

Anonyme a dit…

Votre histoire c'est du Kafka. En tant que Français, j’ai honte de l’administration de mon pays : elle est lente lourde et inefficace. J’ai honte que la France laisse des femmes avec enfants, sans foyer. Par contre je suis fier que la France soit composée de personnes comme vous ; votre combat contre la lenteur de l’administration Française force le respect.

Anonyme a dit…

quelle honte tous ces miliards pour les banques et ça tout par en couille dans ce pays. c l'air du temps. accroche toi

Anonyme a dit…

Bonjour,
Je ne sais pas comment formuler tout ce qui me passe par la tête en lisant votre blog (merci au Monde d'ailleurs).
Peut être par "vous pouvez être fière de vous !", tout ce courage et la bonne humeur que vous affichez malgré votre situation que peu de gens supporteraient (mais quand on y est, a t'on le choix de la supporter ou pas ?).

Peut être que votre blog est la plus grande aide que vous vous soyez donnée..il "rassure" et horrifie en même temps, oui les médias ne nous manipulent pas, il existe des situations comme la vôtre, des enfants forcés de déménager...peut on même imaginer comme ça doit être déstabilisant pour eux ? et vous, qui travaillez, n'êtes aux crochets de personne dans cette société, remplissez des dossiers, suivez la règle installée et vous débattez encore et toujours avec la lenteur de l'administration..quelle injustice !

Mais que pouvons nous faire pour vous ?

Merci de nous ouvrir les yeux, merci pour votre écriture qui donne confiance, merci de nous montrer notre bonheur. Qui pourrait croire que quelque chose d'aussi simple qu'un foyer ne soit pas automatique ?
Oui, il existe des gens qui travaillent, se démènent pour s'en sortir, étudient, s'occupent de leurs enfants et que la société ne félicite pas, qui méritent qu'on les aide et qui sont pourtant à peine encouragés.

Encore un encouragement, une pensée en plus pour vous tous les soirs. C'est affreux de penser que je ne lis pas un roman mais une histoire vraie !

Je ne suis qu'étudiante, trop jeune étudiante pour avoir une quelconque influence sur qui que ce soit malheureusement, mais si jamais j'entends parler de quelqu'un qui pourrait garder Jules et Orphée, leur faire faire les devoirs, ou même une association ou quoi que ce soit, je vous le ferai savoir immédiatement .

J'espère que votre entrevue avec l'assistant de M. Vaillant va mener à quelque chose..

Bon courage semble dérisoire comme expression mais c'est la plus réaliste alors.... tenez bon ! Dîtes de ma part à Jules et Orphée qu'ils sont de vrais super-héros, pas de la moitié de superman, c'est certain!

Quant à vous, Julie...je ne sais comment finir. De vous souhaiter encore du courage, j'espère que vous n'aurez plus à puiser dans vos réserves, qui semblent pourtant infinies, pendant trop longtemps..de vous reposer surtout; de continuez à croire que toutes vos démarches vont aboutir, parce que c'est vrai, nous sommes derrière vous!(et tous les autres..parlez nous en, dîtes nous ce que nous pourrions faire pour les aider.)

Cela va vous sembler ridicule mais vous êtes dans mes prières . On ne sait jamais après tout .. aucune aide n'est à négliger :)

Gédine a dit…

bonjour,
je suis dans le 01 à Bourg-en-Bresse, j'élève seule mes deux enfants, comme vous.
je souhaite de tt coeur que le mot
"solidarité" prenne tout son sens pour vos enfants et vous. je passerai prendre de vos nouvelles régulièrement afin de me réjouir, avec vous, le jour où vous aurez votre "propre" chez vous.
Gédine

grizzly a dit…

Je suis tombé sur un article vous concernant, ce matin, dans le monde. Consternant, même si je ne suis pas aveugle à la situation que beaucoup de gens connaissent.Mais de voir votre photo avec votre enfant sur le dos et lire ces mots qui parlent au coeur, j'étais tout con, moi qui m'en fait pour un rien et qui suis loin, très loin de connaître ma chance. Je sais pas quoi faire pour vous aider. J'habite la Belgique. Et les mots de réconfort ne suffisent pas à améliorer une situation comme la vôtre, même s'ils sont importants, aussi.Avoir fait ce blog vous permettra sans doute de trouver une solution définitive. Si vous habitiez Bruxelles, ma maison aurait pu y pourvoir. Que toutes les Plumes et les Mimis continuent à vous soutenir dans votre recherche. Que vos enfants puissent se dire un jour qu'il est bon d'avoir un toit. Que tous les blogeurs s'unissent pour vous sortir de là. Courage, courage, courage. Vous n'en manquez sûrement pas. Je pense à vous plus que positivement et continuerai à vous suivre jusqu'à ce que vous ayez trouvé un nid douillet pour enfin y vivre des jours meilleurs...
Alain

emmanuel a dit…

Dans quelle situation tu te trouve ma pauvre , comment est ce possible en France de nos jours , une telle souffrance , et dire qu ' on est dans un pays moderne !!
Pour le logement , je peut te proposer une maison a toi et a tes poussins , dans le Loiret , au sud de Nemours et bientot une maison dans le sud , pres de Nîmes .
Je sais que tu cherches sur Paris , pres de la creche ; mais si tu as envie de changer de vie , fait moi signe , se sera avec plaisir de te rendre service .

Anonyme a dit…

Moi aussi, je me suis dit que je ferais une prière chaque soir pour vous trois et tous les autres qui dormez au hasard d'un toit. Fichu système où l'argent prime tout, où la solidarité se limite à l'internet, où il est si difficile de survivre, quand on y arrive. Mais avec votre courage, vous ouvrez les yeux à pas mal de gens, dont je fais partie. Je rêve d'un immense raison d'entre-aide où les hommes redeviendraient plus humains. J'espère de tout coeur que ces paroles vous réconforteront un peu.Courage. Etant moi-même un miraculé de la vie, mais pour d'autres raisons, je crois aux miracles. Il arrivera pour vous et vos enfants. J'en suis certain. Que le vie prenne soin de vous...
Alain

martijn a dit…

salut julie,jules et orphée!!!!

vraiment cet article, une page entière dans le monde!!!!!
moi aussi je pense que t'auras très rapidement un logement enfinnnnnnnnn!!!
bonne continuation dans tes démarches encore!
j'ai mis le champagne au frais!!!
grosses bises à vous 3

ta tante martijne
à bientôt

Anonyme a dit…

Bonjour Julie, j’ai connu votre Blog en écoutant une émission sur radio Canada, un volet était consacré à votre bataille, votre galère devrais-je écrire qui dure depuis des années afin de trouver un logement à loyer modéré pour vous et vos deux enfants en bas âge.

C’est absolument inadmissible de voir autant de personnes sans domicile fixe dans un pays où les droits de l’homme sont sensés être respectés. Je suis française et je réside au Québec depuis bientôt 15 ans. La France me fait honte !

Qui a dit :

- Ma première proposition, c’est que la lutte contre la pauvreté, en particulier celle des enfants, soit une priorité du prochain quinquennat ?

Je sais que ce message n’est une goutte d’eau dans l’océan, mais n’est-ce pas Sœur Emmanuelle qui disait :

- Versez une goutte, car chaque goutte compte. Mon témoignage s’ajoutera aux autres en souhaitant de tout mon cœur que votre appel sera entendu Julie. L’hiver arrive, beaucoup de gens sont sans toit, pendant que d’autres vivent dans une opulence indécente.

Penser c’est bien. Agir vite et bien c’est essentiel, urgent et possible. Alors, qu’attendez-vous !

En aparté, merci à radio Canada pour avoir le mérite de bien observer.

Marouscka du temps qui passe.

Martine a dit…

Chère Julie,
Grâce à vous, j'apprends à utiliser un blog et j'ouvre un compte gmail !
Je me tourne vers tous les gens que je connais, amis, militants, femmes en lutte, solidaires, pour trouver ce toit que vous cherchez.
J'aime beaucoup la manière dont vous décrivez votre vie et vos rencontres (en particulier celle de la mairie !)
Recvez toute mon amicale admiration.

littlehorn a dit…

Salut Julie. J'ai lu un peu de votre histoire depuis le site internet arrêt sur images. Je n'ai pas encore pris le temps de lire votre billet entièrement. Sachez tout de même que je suis de tout coeur avec vous, même si ça ne vous sert à rien.

Donc je vous souhaite juste bonne chance, en espérant que ces mots ne vous paraissent pas trop vides de sens.

Si je peux faire un peu de politique, je pense qu'il faut qu'on supprime les politiques d'urbanisation, et qu'on laisse les gens construire ce qu'ils veulent et ce qu'ils peuvent, là où ils veulent et là où ils peuvent.

Au siècle dernier, on pouvait encore se bâtir des abris qui suffisaient pour les gens modestes. Ces abris étaient ensuite améliorés au fil du temps, pour devenir des coins bien sympas à vivre.

Aujourd'hui, tout est bloqué, centralisé, interdit.

Et les gens qui s'indignent que des jeunes mères puissent être à la rue sont loin de savoir tout le scandale de la situation...

Qui êtes-vous ?